Musique et Performances

811 : Musique et Performances

ANNA BURLET

L’universalité du « manger » et les questions qui en découlent m’ont amenée à considérer le médium qu’est la cuisine comme un vecteur de médiation artistique. Mon travail de designer a donc été très tôt articulée autour de l’alimentation et des outils de dégustation. Je considère toutes les facettes du repas de la production des aliments à leur dégustation comme différents angles de réflexion sur l’art et le design, autant que sur notre rapport au monde, à la nature. Ma pratique s’active au travers de pièces/performances impliquant le public autour de buffets de vernissage ou de repas singuliers. Inspirés des biotopes de chaque circonstance, je cherche à induire un autre regard sur l’acte quotidien de s’alimenter. Pour dégager le mangeur de ces habitudes, les outils de dégustation sont re-dessinés créant ainsi de nouveaux usages. Les recettes imaginées autour d’une thématique participent à l’immersion gustative. Ces oeuvres éphémères bouleversent nos sens.

LE SILLON

Né début 2015 dans l’Aude, Le Sillon, c’est des chansons qu’on a envie de chanter à son meilleur ami, ou à sa bande de pote. Des chansons humaines : nous ne sommes que coups de coeur, de sang, de gueule. Enfin, des chansons pour rire, car finalement mieux vaut se dire que tout n’est pas si grave… Guitare, basse, accordéon, et clarinette en main, le groupe commence à enchaîner les concerts lors de l’été 2015, puis sort un EP (« Pas que des conneries », début 2017). Il enchaîne par la suite quelques belles dates avec notamment la première partie de L’Herbe Folle, de Tram des Balkans, ainsi qu’un coplateau avec Les Hurlements d’Léo, La Brigade du Kif et La P’tite Fumée. Guitare, basse, accordéon, et clarinette en main, le groupe commence à enchaîner les concerts lors de l’été 2015, puis sort un EP (« Pas que des conneries », début 2017). Il enchaîne par la suite quelques belles dates avec notamment la première partie de L’Herbe Folle, de Tram des Balkans, ainsi qu’un coplateau avec Les Hurlements d’Léo, La Brigade du Kif et La P’tite Fumée Le groupe s’est également produit en première partie de La Belle Bleue. Une batterie remplace ensuite le cajon et vient donner au groupe un côté rock plus poussé. Le Sillon est prêt à faire danser !

The George Tremblay Show

« Le nom l’énonce d’emblée : nous sommes avec The George Tremblay Show au spectacle. Oh ! Pas sur les planches à Broadway, avec brochettes de chorus girls alignées levant leurs gambettes, ou dans un musical euphorisant à la mode d’Hollywood. Non, The George Tremblay Show spectacularise plus modestement (mais le mot n’est pas juste ; disons sans emphase) des morceaux d’existence dans des espaces à dimension humaine. Quelle existence ? Celle de George Tremblay ? En quelque sorte, oui, c’est à dire celles, bien sûr, de Serge Provost et d’Isabelle Fourcade qui en sont l’incarnation scénique, mais aussi, diffuse, fantasmée, celle de tout un chacun au travers de la culture populaire, autrement dit les chansons, les danses de clubs, les émissions de variété, les films du samedi soir, la littérature qu’on appelle de gare. » « La théâtralisation fait donc fonction de dérivatif. Nous sommes dans un espace factice, stylisé, quasi mental. La mélancolie y domine, teintée d’un humour pince-sans-rire. The George Tremblay Show Must Go On… »
Extrait d’un texte de Arnaud Labelle-Rojoux.

LA BRIGADE DU KIF (SKA PUNK)

Le groupe Ska Rock en provenance du Languedoc sera de retour sur les scènes de France en 2019 pour la suite de sa tournée «En bas de chez toi». Dans le cadre de la tournée de leur deuxième album, produit par David Bourguignon (Radio Bemba) la Brigade a travaillé un son véritablement adapté à la scène. Des sonorités ska, rock, swing et punk qui vous mettrons du soleil dans les oreilles ! Avec près de 120 Concerts depuis 2016 (programmé à Garorock, Festival des Cagouilles, Festival Esta Poulit, Saute mouton etc… la liste des concerts sur notre site web) et partagé la scène avec Tryo, Les hurlements d’ Léo, Les Sheriff, Massilia Sound System et bien d’autres, la Brigade reprend la route pour une nouvelle tournée en 2019. À la fin de cette tournée, le Groupe entrera en Studio pour l’enregistrement de son troisième album, toujours produit par David Bourguignon, pour une sortie en 2020

festival811-david-brunner

DAVID BRUNNER

David Brunner est artiste plasticien, vidéaste et VJ (vidéo-jockey) sur la scène électronique internationale. En tant que plasticien, il utilise des objets emblématiques de la culture électronique gouvernée par les tendances de la mode et du design afin de créer des interactions avec l’art contemporain, la culture pop et l’imagerie de la science-fiction. Ses environnements et installations sont constitués de peintures, sculptures, décors muraux, photographies, animations numériques. David Brunner
réalise depuis une vingtaine d’années de nombreuses expositions en France et à l’étranger.

YAIR BENAIM – violon

Yaïr Benaïm se distingue au sein de sa génération en remportant en 1990 le prix de musique de chambre du « Israel Broadcasting Authority » et en obtenant le satut national très prisé d’Artiste Emérite de l’Etat d’Israël, ainsi que des bourses de la fondation Amérique- Israël pour la culture.
En 1997, il rencontre à Paris Gérard Poulet qui deviendra son Maître. En 2000, il fonde le Quatuor Benaïm, avec lequel il remporte des prix internationaux importants (ARD-Munich en 2004, prix du Ministère de la Culture au concours international de Bordeaux en 2007).
Depuis 2006, Yaïr Benaïm joue sur un violon Camillo Camilli de 1747, aimablement prêté par Gérard Poulet. Titulaire du Certificat d’Aptitude, il est actuellement professeur de violon et de musique de chambre aux conservatoires municipaux des 8ème et 15ème arrondissements de Paris, où il dirige les ensemble à cordes.
Eclectique et soucieux d’ouverture, il collabore régulièrement, dans le cadre de concerts-lecture, avec les comédiennes Marie-Christine Barrault et Marianne Basler. Il se produit en 2013 en tant que violoniste et comédien dans la pièce « pour un oui ou pour un non » de Nathalie Sarraute avec la compagnie Ultima Chamada. En 2014 il est appelé à jouer dans la pièce « Haïm, à la lumière d’un violon » aux cotés de Mélanie Doutey et Dana Ciocarlie, sur des scènes importantes en France, « La Criée » scène nationale, « Les Sablons », « Le Pin Galant » et d’autres. Sa participation dans les représentations de la pièce « Haïm, à la lumière d’un violon » à Londres en juin 2016 est particulièrement saluée par la presse londonienne.
Sa passion pour la direction d’ensembles le porte dès 2009 vers des études de direction d’orchestre. Il vient de créer un nouvel orchestre, l’Open Chamber Orchestra, en région parisienne, dont les piliers sont l’excellence et la musique de chambre.
Sur l’invitation de Renaud Capuçon, il était présent en tant que soliste et chef d’orchestre en mars 2018 au festival de Pâques d’Aix en Provence.

festival-811-yair-benaim

Tristan Pfaff, piano

Tristan Pfaff connaît un succès grandissant auprès du public. Invité à la télévision française dans « La Boîte à musique » de Jean-François Zygel et de « Vivement dimanche » chez Michel Drucker, il se fait remarquer par son jeu unique et sa grande virtuosité.

Il est régulièrement convié par les scènes et festivals les plus prestigieux : Auvers-sur-Oise, La Folle Journée, Heidelberg, Nohant, La Roque d’Anthéron, Liszt en Provence, les Serres d’Auteuil, les Musicales du Golfe, Menton, le Festival Pablo Casals, l’Orangerie du Parc de Bagatelle, la Cité de la Musique, le Petit Palais, la Salle Cortot, l’Hôtel Matignon, le Théâtre le Ranelagh… Il a joué en soliste avec l’Orchestre National de France, le BBC Scottish Symphony Orchestra, l’European Philharmonic Orchestra…

Il s’est produit dans de nombreux pays (Italie, Angleterre, Allemagne, Belgique, Suisse, Arménie, Turquie, Russie, Etats-Unis, Colombie, Equateur, Algérie, Tunisie, Egypte, Jordanie, Sri Lanka, Indonésie…) et dans des salles de légende comme Gaveau (Paris), Victoria Hall (Genève), La Monnaie (Bruxelles), le Tchaikovsky Concert Hall (Moscou)…

Il a enregistré trois précédents albums (l’un consacré à Liszt en 2011, à l’occasion de l’année Liszt, un autre consacré à Schubert en 2013, et Piano Encores en 2015), qui ont rencontré un vif succès (« Choc de Classica », « 5 Diapasons », « Pianiste Maestro »…).

CINE CONCERT
« Peau d’Ane »
de JACQUES DEMY

KIJOTÉ

Damien Ruiz adopte le nom de Kijoté il y a 5 ans en référence au héros de Cervantès, Don Quichotte. Après avoir formé des groupes à consonance rock il commence à monter un projet solo avec des chansons plus personnelles, des
influences musicales différentes, cherchant alors des racines plus profondes dans son enfance mais aussi dans sa double culture hispano-fannaise. Il s’inspire de la Chanson Frannaise des années 50/60 (Brassens, Brel, Gainsbourg)
ou plus récente (Mano Solo, Sansévérino, Valérian Renault) ainsi que des rumberos espagnols.
En 2016 il est repéré par le département de l’Aude, son projet sera accompagné dans le cadre du dispositif départemental de l’Aude « Vice Versa » sur l’année 2017/2018
par Arts Vivants 11 et soutenu par l’Association 11 Bouge.
Ce qui transparaît dans sa musique, ses chansons est une intensité émotionnelle où se mêlent le désir, la mélancolie, la rage, la révolte. Il délivre une musique dans un
style brut, sans artifice.

Rim Laurens

(jazz-soul-musiques électroniques)
Alain Laurens dit « Rim Laurens » est un Dj et compositeur Français de musique de film. En tant que Dj, il travaille principalement sur Paris, la Côte d’Azur et le sud-ouest. Son style original, doux mélange de soul et de musique électronique, lui ont permis de se produire sur plusieurs scènes : Festival de Cannes, exhibitions d’arts modernes, plages privées… En tant que compositeur, Rim Laurens a collaboré avec une vingtaine de réalisateurs issus du monde entier (Japon, Russie, Etats-Unis, Pologne…).
Ils comptabilisent à ce jour plus de 40 prix et 500 sélections en festivals internationaux, dont les prestigieux festivals de Tribeca Sundance et Berlin.
Ces films ont pour la plupart été diffusés sur France Télévisions, Canal +, Netflix, ainsi que plusieurs autres chaines internationales.

MARTHA HIGH

Une chanteuse dont la carrière fut tellement chargée en rencontres de haut vol qu’elle peut vous commencer une phrase en vous parlant de Bo Diddley et la finir avec George Clinton et James Brown en passant par Marvin Gaye.
Quand la chanteuse Martha High intégra l’orchestre de James Brown au milieu des années 60, elle n’imaginait sûrement pas que cette aventure durerait plus de 35 ans. Aux côtés du «Parrain de la Soul » , la jeune femme découvrira la scène, les studios d’enregistrement, les tournées aux quatre coins de la planète et l’exigence d’un art populaire afro-américain, la Soul-Music !
Cet apprentissage en compagnie d’un artiste intransigeant, perfectionniste et profondément doué guidera les premiers pas de la demoiselle vers l’excellence. En sa qualité de choriste, Martha High eut l’opportunité d’observer avec minutie les prestations de son mentor, de participer à des événements historiques, d’accompagner les soubresauts de la lutte du peuple noir.
Le 5 avril 1968, 24h après l’assassinat de Martin Luther King, elle était à Boston sur scène avec «Mr Dynamite» qui tentait, tant bien que mal, d’apaiser les tensions raciales en appelant à la dignité de ses contemporains.
Le 24 septembre 1974, elle était également présente lors du festival «Rumble in the Jungle » , dont James Brown était la tête d’affiche, organisé à Kinshasa en prélude au combat de boxe qui opposait Mohamed Ali et George Foreman. Pendant 3 décennies, Martha High a donc été témoin des grandes heures de «L’épopée des Musiques Noires» . (Joe Farmer, RFI)
La diva n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa superbe, comme le prouve son premier extrait intitulé «Lovelight » , résolument racé et si proche du Memphis Sound de l’illustre écurie Stax.

OZ – Magicien Electro.Sono

Premier 45 tours à 7 ans, Antisocial de Trust, à 12 ans sa maman venait le chercher, le samedi, à la salle des fêtes du village à 22H00, il était en train de jouer des galettes…
Depuis 1992,  » Oz  » de la CS6Tem distille un son pur et technique au grès de ses humeurs, aucunes limites ni styles s’offrent à lui.
Il bricole les “ Machines “ avec une affection particulière pour le son lourd et gras des Roland MC 303 – MC 505 et la légendaire TB 303. Au quotidien on retrouve régulièrement dans sa sacoche une Korg Electribe au milieu de ses dossiers professionnels ainsi que Rebirth RB338 dans son ordi… voir une paire de Vinyles achetés dans une de ces échoppes qu’il écume à Lyon, Toulouse ou Barcelone…
En 2005, il quitte la scène underground, sans oublier ses Ami(e)s, c’est vers la minimal qu’il trouvera une certaine satisfaction… mais fou amoureux de Jazz Manouche, le Sommelier-Troubadour mélangera ( mix by oz ) les contrebasses, guitares et autres avec des drums “ captives et interactives “ issues de ses chéries, korg, roland et autres S5…
Depuis 2016 il a décidé de revenir en public, à l’occasion du Festiplume ( Made in Corbières) Ici et Ailleurs, de la House à l’Electro Jazz, une distillation de bpm tout en sagesse…
Sa rencontre avec Pierre Marie de Haute Couture Muzikale sera déterminante et fraternelle…
En 2018, l’orfèvrerie muzikale s’affirme, certains appellent ceci la maturité… pour lui c’est le plaisir d’offrir du groove, de l’émotion avec un certain sens de la fête débridée à travers une production pointue et pleine de facétie…
En 2019, focus sur la production avec un son minimaliste et des lives à travers une musique expérimentale et populaire, le tout, sous le Label iM Electronica ainsi que les ondes de Underground Frequency, la célèbre radio Techno Alsacienne à sa programmation Internationale.
Silence on Mixe !

DALIA OUZIEL – PIANO

Originaire de Tel-Aviv, Dalia Ouziel s’est assise aux pianos des quatre coins du monde. Lors de festivals internationaux en Belgique, en Hollande, en Angleterre, en Espagne, en France, en Italie, en Suisse, en Autriche, en Slovénie, en Pologne, en Roumanie, en Suède, en Allemagne, Tunisie et en Israël. Et la série continue avec des tournées au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil et en Afrique Central.
Professeur reconnue internationalement, elle donne des Master classes un peu partout et en même temps elle est professeur de piano au Conservatoire royal de Mons et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique.
Chambriste réputée, la liste de ceux avec qui elle a joué n’est pas moins impressionnante : Truls Mork, Vadim Repin, Olivier Charlier, Wolfgang Güttler, Michaël Haran, Franz Helmerson, Gil Sharon, Vladimir Mendelssohn, Alexander Dmitriev, Mihaela Martin, Eugène Fodor, Robert Cohen, les quatuors Sharon. etc. Avide de collaborations, Dalia Ouziel a surtout trouvé de quoi se ressourcer en la personne de sa sœur : Orit Ouziel. Depuis 1977, leur duo de piano est remarqué partout où il passe. En outre, Dalia Ouziel a aussi été membre du « Trio à clavier de Belgique » avec lequel elle donna près de 400 concerts.
Avec le violoniste Jerrold Rubenstein, elle a parcouru le monde avec un répertoire impressionnant de plus d’une centaine de sonates et duos, en passant par les salles les plus prestigieuses comme le Concertgebouw d’Amsterdam et le Wigmore Hall de Londres. Plus de 30 CDs illustrent leur grande carrière. Leur enregistrement des 5 sonates de Brahms a obtenu le Diapason d’Or.
Dalia Ouziel a par ailleurs été sollicitée comme pianiste officielle au ConcoursReine Elisabeth, session violon.
Elle est la fondatrice des concours, « Jeunes Talents », « concours J.S. Bach » pour jeunes pianistes et du « Festival Mozart », festival international de Musique de chambre à Waterloo